Livia Lancelot : « Encore plus motivée »

Livia Lancelot en interview

Si on ne l’a plus vu prendre place derrière une grille de départ depuis la finale du Mondial féminin à Assen, Livia Lancelot n’en a pas déserté pour autant les circuits ! Titre mondial en poche, Livia a profité de la fin de saison pour voyager aux quatre coins du globe ou presque en allant assister aux deux GP des Etats Unis, au Motocross des Nations et enfin au Supermotocross. Autant de voyages qui lui auront permis de rencontrer partenaires, fans et médias tout en préparant l’avenir. Micro !

Livia, quelle tournée !

C’est sûr que cette fois je fais la grande tournée, j’en profite car je n’avais pas eue cette opportunité après mon premier titre mondial et l’an passé après Loket j’avais plutôt envie de me mettre dans un trou pour ne voir personne ! Je profite de l’impact du titre pour aller sur différentes courses comme les GP aux Etats Unis, le Motocross des Nations ou le SMX ; à chaque fois cela me permet de voir d’autres aspects de la course, et de faire beaucoup de rencontres.

C’est la pilote ou le team manager qui parle ?

A la base tout part d’un besoin professionnel. Aller aux Etats Unis était important pour rencontrer des partenaires comme Fox ou Yoshimura, aller au SMX répondait à une demande de Kawasaki avec qui on devait finaliser certaines choses, tout en faisant un détour par le salon Intermot. Je me suis déplacée avec d’autant plus de plaisir que c’était aussi pour assister à de grands évènements et de belles épreuves.

On peut penser que la saison 2017 était au centre des discussions que tu as pu avoir avec tes partenaires ?

Clairement le but était de préparer la saison prochaine, mais aussi l’avenir car je sais que je ne vais pas encore rouler des dizaines de saisons en championnat du Monde. Rien n’est encore définitivement décidé, mais cela commence quand même à se dessiner dans ma tête. Je prépare donc le futur immédiat, mais aussi celui un peu plus lointain avec certains sponsors. Cela fait plaisir de voir qu’on a tous des idées, et c’est toujours très agréable de voir qu’après ma carrière de pilote il y a une autre vie qui se dessine, toujours en lien avec la moto.

A chaque sortie tu observes et apprends ?

L’avantage que j’ai en ayant créé mon team, c’est qu’indépendamment de ma carrière de pilote j’ai pu emmagasiner une certaine expérience. A chacune des ces courses j’ai eu le temps d’observer les teams, les pilotes, les entraineurs, ce que je ne peux faire quand je roule et c’est important pour moi d’avoir un œil sur tout cela. Le jour ou je raccrocherais mon casque je sais ce qui m’attend, je ne partirais pas dans l’inconnue.

Il semble que partout ou tu es allée tu as été reçue à bras ouverts ?

C’est sûr que cela fait très plaisir d’être reçue comme une championne, que ce soit chez Kawasaki ou chez Fox qui avait organisé une soirée ou j’étais traitée comme Ken Roczen ou Ryan Dungey, avec vidéo et interview. C’est énorme, et ça fait bien sûr très plaisir !

Il va falloir se remettre au travail maintenant ?

Bien sûr, même si je ne suis pas totalement en vacances depuis Assen. J’ai arrêté le sport car mon corps avait besoin de récupérer après cette longue saison, du fait que cet hiver j’ai aussi roulé en Supercross. On a pris beaucoup de temps pour étudier la saison écoulée, analyser mes points forts et mes points faibles vis à vis de mes rivales, afin de préparer au mieux la saison à venir. On sait dans quelle direction aller, et je sais qu’après ce break je vais revenir encore plus motivée. On va dire que je suis encore en semi vacances, mais je bosse déjà pour l’année prochaine ; je roule sur la Kawasaki 2017 depuis quelques semaines, tout se passe au mieux et j’adore cette moto.

Comment se dessine la saison 2017 au niveau du team ?

Nous venons de quitter une période délicate car tout le monde était encore très occupé avec les dernières courses importantes de l’année, donc à ce jour rien n’est définitivement signé mais tout est très avancé. On peut dire qu’il n’y aura pas de gros changements, et je m’en réjouis car travailler avec des sponsors que l’on connaît bien évite à la fois du stress et des problèmes. Côté pilotes Axel Louis a fait une super saison, puisqu’il termine vice-champion de France minivert. Il monte en 85 espoirs l’an prochain, il ne fera pas partie des favoris du championnat mais s’il continue à travailler comme il l’a fait jusqu’à maintenant je suis confiante ; il nous fera quelques coups d’éclat, je pense qu’un top cinq final est à sa portée s’il y croit autant que moi. Yvana Demaria nous a fait une belle saison, elle a bien progressé même si elle n’a accroché qu’un podium en championnat de France ; elle n’a pas encore vraiment pris conscience de son potentiel, j’espère que le déclic va se faire et j’aimerais la voir sur quelques GP si elle en a envie. Côté encadrement, je repars bien sûr avec Lorenzo Resta comme sport manager du team 114, et Bruno Losito comme entraineur, on ne change pas une équipe qui gagne !

Un dernier mot sur la fête que tu as organisée pour fêter ton titre avec tes fans ?

C’était la folie, on a malheureusement dû refuser du monde pour des raisons de sécurité tellement il y avait de demandes. C’était cool, on s’est bien éclaté sur la moto, sur les jeux collectifs. On a bien profité de la journée, accueillis comme des rois sur le circuit de Machery.

livia lancelot fête son titre à Machery


mxcom.eu
Designed et crée par MXCOM.eu.
All rights Reserved © 2017 La plupart des photos sont signées © Médiacross et © Stanley Leroux
Infos Légales - Plan du site
Chargement ...
%